IST
Rôle, missions et compétences
des infirmier(e)s de santé au travail


Licence Creative Commons

Les vaccinations en santé au travail


dossier
création 01/11/2007
mis à jour le 03/04/2016

chantier
L'évaluation des risques permet de prendre des mesures collectives et individuelles afin de préserver la santé des travailleurs, par l'étude de la fréquence, de la durée d'exposition pour chaque salarié, en agissant sur la source de contamination, sur le mode de transmission et sur les procédés de travail.

Concernant les risques biologiques, quand toutes les mesures ont été prises et que le risque persiste, la vaccination, quand elle existe, peut être un moyen de prévention mais n'empêche pas de travailler en amont pour diminuer et, si possible, supprimer ce risque.

Un nouveau calendrier vaccinal et les recommandations 2016 sont téléchargeables en suivant ce lien.

haut de page




haut de page



Analyse des risques


mains"L'employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs... " d'après l'article L4121-1 du Code du Travail

Après évaluation des risques par le chef d'établissement art R4121-1 du code du travail, le médecin du travail analyse les postes de travail et  peut conseiller une vaccination du personnel exposé, en prévention primaire au chef d'établissement. Celui ci pourra recommander aux salariés la vaccination proposée.
Le médecin du travail devra au préalable informer l'employeur, le CHSCT et les salariés exposés sur les risques et les inconvénients de la vaccination.
Il devra également recevoir un accord écrit de l'employeur pour pratiquer les vaccinations.


haut de page

Définition

L'art R4421-2 du code du travail donne des définitions suivantes

"1° Agents biologiques, les micro-organismes, y compris les micro-organismes génétiquement modifiés, les cultures cellulaires et les endoparasites humains susceptibles de provoquer une infection, une allergie ou une intoxication ;

2° Micro-organisme, une entité microbiologique, cellulaire ou non, capable de se reproduire ou de transférer du matériel génétique ;
3° Culture cellulaire, le résultat de la croissance in vitro de cellules isolées d'organismes multicellulaires."


haut de page

Classification des agents biologiques

D'après l'art R4421-3 du code du travail, les agents biologiques sont classés en 4 groupes

- groupe 1 : non susceptibles de provoquer des maladies chez l'homme

- groupe 2 : représentent un danger car peuvent se propager chez l'homme, avec en général existence de prophylaxie ou traitement (grippe, rougeole, oreillons, hépatite A, ...)

- groupe 3 : représentent un danger important car peuvent provoquer des maladies graves chez l'homme, avec existance de prophylaxie ou traitement efficaces (hépatite B, fièvre jaune, HIV, rage, ...)

- groupe 4 : représentent un danger important car provoquent des maladies graves chez l'homme, sans traitement ni prophylaxie en général (virus Ebola)


haut de page

Conservation des dossiers

Le chef d'établissement remet au médecin du travail la liste des personnes exposées à des agents biologiques des groupes 3 et 4. Sur cette liste figurent les postes de travail, les incidents, les expositions.
Cette liste doit être conservé 10 ans ou plus selon l'élément exposant et remise au Médecin Inspecteur Régional du Travail et de la Main d'Oeuvre en cas de cessation d'activité de l'entreprise. art R4426-1 du Code du Travail


dossiersLes dossiers médicaux seront conservés jusqu'à 40 ans.art R4426-9 du code du travail

haut de page

Surveillance médicale

Le personnel exposé à des substances biologiques des groupes 3 et 4 bénéficie d'une surveillance médicale renforcée (art R4624-18 du code du travail)


haut de page

Législation


L'article R4311-7 du Code de la Santé Publique autorise les infirmiers DE à pratiquer les vaccinations prescrites par un médecin :

 "L'infirmier ou l'infirmière est habilité à pratiquer les actes suivants soit en application d'une prescription médicale qui, sauf urgence, est écrite, qualitative et quantitative, datée et signée, soit en application d'un protocole écrit, qualitatif et quantitatif, préalablement établi, daté et signé par un médecin :
   ...
   2º Scarifications et injections destinées aux vaccinations ou aux tests tuberculiniques   ... "


Le salarié peut se faire vacciner par son médecin traitant s'il le désire:

"le salarié conserve le libre choix du médecin vaccinateur" dans la lettre circulaire relative à la pratique des vaccinations en milieu de travail par les médecins du travail Réf. MS/EG n°0097


haut de page


Responsabilité du médecin du travail

La responsabilité du médecin du travail peut être mis en cause en cas de contamination d'un salarié non immunisé ou en cas d'accident post vaccinal.
Un accident post vaccinal peut être considéré comme un accident du travail si toutes les modalités ont été respectées.


haut de page

Assurance professionnelle

Dans le cas où l'infirmier de santé au travail effectue les vaccinations, une assurance professionnelle est fortement recommandée.




Prise en charge des vaccinations

Le coût des vaccinations est pris en charge par l'employeur si elles sont des actions de prévention des expositions professionnelles.

Certains employeurs prennent en charge la vaccination contre la grippe, même si elle ne fait pas partie des risques professionnels, pour éviter l'absentéisme des salariés en période d'épidémie.

haut de page


Les vaccins


- Tous les salariés


vaccin
La primovaccination Diphtérie, Tétanos, Polio  est obligatoire chez l'enfant (Calendrier vaccinal 2016). Les adultes ont des rappels à 25, 45 et 65 ans puis tous les 10 ans.

Recommandations de prise en charge des plaies selon le profil vaccinal du blessé extrait des recommandations vaccinales 2016 :

Type de blessure Personne à jour de ses vaccinations
selon le calendrier vaccinal en vigueur*
Personne non à jour
Mineure, propre Pas d’injection.
Préciser la date du prochain rappel.
Administration immédiate d’une dose de vaccin contenant la valence tétanique***
Proposer si nécessaire un programme de mise à jour et préciser la date du prochain rappel***.
Majeure** ou susceptible d’avoir été contaminée par des germes d’origine tellurique Pas d’injection.
Préciser la date du prochain rappel.
Dans un bras, immunoglobuline tétanique humaine 250 UI.
Dans l’autre bras, administration d’une dose de vaccin contenant la valence tétanique***.
Proposer si nécessaire un programme de mise à jour et préciser la date du prochain rappel***

*Personnes âgées de moins de 65 ans ayant reçu une dose de vaccin contenant une valence tétanique depuis moins de vingt ans. Personnes âgées de 65 ans et plus ayant reçu une dose de vaccin contenant une valence tétanique depuis moins de dix ans.

**Plaie majeure : plaie étendue, pénétrante, avec corps étranger ou traitée tardivement.

***Outre la prévention immédiate du tétanos, l’administration d’anatoxine tétanique doit s’inscrire dans une optique de mise à jour du statut vaccinal de la personne concernée. Ainsi, l’utilisation d’un vaccin trivalent (dTP) voire tétravalent (dTcaP) devrait être préférée au vaccin tétanique monovalent. La personne vaccinée devra être informée de la nécessité éventuelle de compléter la mise à jour de ses vaccinations et de la date de son prochain rappel, en application des recommandations du calendrier vaccinal.

Cette recommandation pourra être révisée après publication des recommandations de la Haute autorité de santé concernant la place des tests rapides de détection des anticorps antitétaniques.

Selon l’avis du HCSP du 24 mai 2013 relatif aux rappels de vaccination antitétanique dans le cadre de la prise en charge des plaies : www.hcsp.fr/Explore.cgi/avisrapportsdomaine?lefr=350





haut de page

- Les professionnels de santé


Ils doivent être à jour des vaccinations suivantes

chirurgien- Diphtérie - Tétanos - Polio
- Hépatite B (Engerix® B20- HBVaxpro 10®- Genhevac B Pasteur)
- Tuberculose


Vaccinations recommandées
- Grippe
- Hépatite A (avaxim 160®- havrix 1440®)



Selon les professions, d'autres vaccins sont préconisés :

laborantin

->
Les personnels de laboratoire

Typhoïde (Typhim Vi®) pour le personnel exposé au risque (en contact avec les selles)
1 injection puis un rappel tous les 3 ans.




bebe
-> Les personnes en contact avec les nourissons et jeunes enfants :

la vaccination contre la coqueluche est recommandée,ainsi que la vaccination contre l'hépatite A et la varicelle, en l'absence d'antécédents de la maladie ou de sérologie négative, ainsi que rougeole, oreillon et rubéole.

haut de page


- Les voyageurs


hommeDans le cadre de leur travail, certaines personnes sont amenées à voyager à l'étranger. Le médecin du travail peut recommander certaines vaccinations selon le pays de destination, la durée et les conditions de séjour comme :

- l'hépatite B
- l'hépatite A
- la typhoïde A et B

   
- la fièvre jaune qui se pratique uniquement dans des centres agréés. Le rappel à 10 ans n'est plus obligatoire d'après les recommandations 2016 (sauf cas particuliers).
- encéphalite japonaise également en centre de vaccination international
- méningites à méningocoques A + C ou A,C,Y,W135
- la rage
- ...

Les infos régulièrement mises à jour se trouvent dans le bulletin Epidémiologique Hebdomadaire BEH, en particulier pour les risques de paludisme et les épidémies (choléra, chikungunya, dengue, coronavirus ...) et sur le site du gouvernement.

haut de page

- Les personnes exposées à la leptospiroseterrassier


Les personnes en contact avec des eaux pouvant être contaminées par des rongeurs sont exposées à la  leptospirose (égouts, station d'épuration, entretien des canaux, lacs, rivières , ...). Le vaccin existant contre la leptospirose ne protège que contre une sorte: la Leptospira interrogans icterohaemorrhagiae. Le médecin du travail conseillera ce vaccin (spirolept®) après évaluation des risques. La vaccination contre l'hépatite A est également conseillée.
La leptospirose est décrite dans le tableau des maladies professionnelles n°19A du régime général et n°5 du régime agricole.
Les bactéries responsables de la leptospirose font partie du groupe 2.


haut de page

- Les personnes exposée à la rage


chienLes vétérinaires, équarisseurs, taxidermistes, gardes forestiers, personnel de fourrière de laboratoire et des abattoirs sont susceptibles d'être exposés à la rage

La rage est une maladie à déclaration obligatoire, inscrite au tableau des maladies professionnelles N°56 du régime général et 36 du régime agricole.

En cas de risque de contamination (morsure, griffure ou léchage par un animal supposé infecté), le salarié doit consulter une centre anti rabique et commencer la vaccination (vaccin rabique pasteur® - Rabipur®) et/ou la sérothérapie.

chien ratLes voyageurs en mission professionnelle peuvent se faire vacciner de façon préventive en cas de risque élevé. Cette vaccination préventive n'empêche pas le schéma vaccinal en cas de contact direct avec un animal suspect (morsure, griffure, ...) mais évite la sérothérapie en augmentant le taux d'anticorps.



haut de page


- Les sauveteurs secouristes du travail

Le risque de contamination par les virus des hépatites B et C et du VIH est élevé lors d'une hémorragie importante avec contact du sang de la victime sur une peau lésée ou sur des muqueuses, cependant aucun cas n'a été rapporté.
Dans tous les cas, les recommandations d'hygiène (port de gants, lavage des mains, ...) doivent être respectées.
Le médecin du travail peut recommander la vaccination contre l'hépatite B aux secouristes.

secouriste


haut de page

Rappel sur l'hépatite B


primo vaccination protocole
avant 25 ans
(0-1-6 mois)
pas de rappel sauf en cas d'exposition
après 25 ans anticorps anti HBs > 10 mUI/ml fin de la vaccination
après 25 ans anticorps anti HBs < 10 mUI/ml suivant l'avis du médecin du travail :
Un rappel + dosage d'antigène anti HBs 2 mois après
Si antigène anti HBs détecté : fin de la vaccination
Si antigène anti HBs non détecté: rappel sur décision du médecin du Travail mais pas plus de 6 injections au total.


haut de page

En savoir plus


Document pour le medecin du travail 73TC67  
Atousanté.com agents biologiques
Recommandations vaccinales 2016
conseils aux voyageurs